Blog santé

Zoom sur l'actualité santé

refus d'avoir un enfant

Refus d’avoir un enfant

Un choix personnel et écologique

En 2020, est-il enfin possible d’être respectée pour son choix de refus d’enfant ? Au-delà de considérations personnelles, un mouvement émerge : celui du refus d’enfant pour raisons écologiques. Une raison appuyée, cette semaine, par une étude scientifique qui a quantifié l’impact carbone d’un bébé.

58 tonnes de CO2 par an. C’est l’impact carbone d’un bébé calculé par des scientifiques de l’université de Lund (Suède) et de l’université de la Colombie-Britannique (Canada). En mettant en parallèle d’autres comportement écologiques comme le régime végétarien (économie de 0,8 tonnes par an), l’arrêt de la voiture (2,4 tonnes) et l’arrêt des voyages en avion (1,6 tonnes), le refus d’enfant serait le changement de comportement le plus efficace pour lutter contre le réchauffement climatique. Un discours qui trouve écho chez les jeunes, de plus en plus préoccupés par les questions environnementales. Pas d’enfant ou moins d’enfant pour une terre moins peuplée est un message relayé par plusieurs mouvements, notamment anglophones.

Green inclination, No kids

Aux États-Unis, les personnes qui ne veulent pas d’enfant sont rassemblés sous l’acronyme « Ginks », pour « Green Inclination, No Kids » (« engagement vert, pas d’enfant »). Lisa Hymas, éditorialiste américaine en est l’instigatrice. Elle écrit sur leur page : « Dites-le fort : nous sommes libres d’enfant et nous sommes fières ! ». Très active également, l’ONG britannique Population Matters qui prône moins d’enfants, parlant de « smaller family » (« plus petite famille »). Ces femmes et ces hommes, qui ont choisi de ne pas avoir d’enfant ou d’en avoir qu’un seul, défendent leur liberté de choix face à une société où la parentalité est la règle. Certains d’entre eux expliquent, sur des blogs, aimer les enfants, avoir des amis qui sont parents. Mais ils sont aussi fatigués d’être jugés comme carriéristes ou égoïstes en devant se justifier. Car en 2020, la société a peu évolué sur cette injonction à procréer pour renouveler les générations.

10 % de la population ne souhaite pas d’enfant

Chez nos voisins francophones, le mouvement « Childfree » (sans enfant) semble plus documenté que dans l’Hexagone. En Belgique, 13 % des personnes âgées entre 25 et 35 ans ne souhaite pas d’enfant selon une récente étude de 2018, menée par la VUB et relayée par le site Rtl.be. Côté Suisse, le nombre de jeunes femmes qui renoncent à une grossesse augmente : 9,7% des suisses de 20 à 29 ans ne veulent pas d’enfants en 2018 contre 6,1% en 2013, selon l’Office fédéral de la statistique. Les derniers chiffres pour la France sont bien plus anciens – 2010- , tirés de l’enquête Fecond de l’Institut national des études démographiques (Ined) : 5 % des femmes et des hommes ne voulaient pas expérimenter la parentalité. La politique nataliste est toujours très forte en France. D’ailleurs, on se targue toujours du taux de fécondité le plus élevé d’Europe, avec une moyenne de 1,88 enfant par femme.

Vanessa Pageot

Les commentaires sont clos pour cet article.