Blog santé

Zoom sur l'actualité santé

Simone Veil : le droit à l’avortement

Simone Veil : le droit à l’avortement

Une conviction de femme

 

En 1974, Simone Veil défend son projet de loi de légaliser l’avortement. Elle a essuyé critiques et insultes pour un droit aujourd’hui acquis pour toutes les Françaises. Merci.

« Je voudrais tout d’abord vous faire partager une conviction de femme ». Ce 26 novembre 1974, Simone Veil, alors ministre de la Santé sous Giscard d’Estaing, défend son projet de loi de légaliser l’avortement. « Je m’excuse de le faire devant cette Assemblée presque exclusivement composée d’hommes : aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement. Il suffit d’écouter les femmes ». Elle reste digne face aux invectives de certains parlementaires et, en janvier 1975, la loi entre en vigueur. La dernière étape a lieu en 1982 quand l’interruption volontaire de grossesse est remboursée par la sécurité sociale. Simone Veil, décédée la semaine dernière à l’âge de 89 ans, restera une icône féministe. Le journal Le Monde lui consacre un bel hommage.

 

47 000 femmes meurent chaque année

 

Chaque année en France, 200.000 femmes ont recours à l’avortement. Un accès anonyme, gratuit et ouvert aux mineures sans autorisation parentale. Le délai légal, pour une IVG médicamenteuse, est compris entre 7 et 9 semaines après le début des dernières règles. Celle chirurgicale (par aspiration), elle, peut être réalisée jusqu’à la fin de la 12e semaine de grossesse, soit 14 semaines après le 1er jour des dernières règles*. L’accès à l’IVG est globalement acquis au sein de l’Union européenne excepté dans 5 pays. En Pologne, Irlande, Chypre, Andorre et Malte, l’IVG est – encore- soumise à des circonstances exceptionnelles (viol, inceste, malformations fœtales ou vie de la mère menacée). Dans le monde, 68 pays l’interdisent encore alors que 47 000 femmes meurent des suites d’un avortement clandestin, essentiellement en Afrique. Les Nations Unis ont élevé le droit à l’avortement comme un droit humain en 2016.

Vanessa Pageot

* Toutes les informations sur http://ivg.social-sante.gouv.fr/

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *