Blog santé

Zoom sur l'actualité santé

journée mondiale hypertension

Êtes-vous hypertendu ?

L’importance de connaître sa tension.

Entre le retour du travail, celui (ou non) de l’école des enfants, les masques à se procurer et les mains à se désinfecter… Vous vous sentez tendu.e, voire hypertendu.e ? Comment savoir si vous avez de l’hypertension ? Est-ce grave ? A l’occasion de la journée mondiale de l’hypertension le 17 mai prochain, nous faisons le point.

C’est la maladie chronique la plus répandue en France : un tiers des adultes souffrent d’hypertension. Selon les chiffres de l’Inserm, la moitié des hypertendus s’ignorent, on parle de maladie silencieuse. La faute ? Aux symptômes quasi inexistants. « La tension artérielle ne se « ressent » pas, relève le site de l’Assurance-maladie; ce qui explique qu’elle soit découverte fortuitement lors d’un examen médical systématique ou lors d’une consultation médicale pour un autre motif. »

Quelle est la tension parfaite ?

La pression artérielle est jugée comme « normale » quand elle est inférieure à 140/90 mmHg. Le premier chiffre est appelée pression systolique, lorsque notre cœur se contracte ; le second chiffre est celui de la pression diastolique, quand notre cœur se relaxe et se remplit de sang.


Quel est le profil des hypertendus ?

Les hommes sont davantage touchés que les femmes ( 36,5% vs 25,2% selon les données de Santé publique France). Le risque d’être hypertendu augmente fortement avec l’âge puisque la maladie concernerait 65 % des Français de plus de 65 ans contre 10 % des 18-34 ans. D’autres facteurs multiplient le risque d’hypertension : le surpoids, la sédentarité, le tabac, l’alcool ou une consommation élevée de sel.

Quels sont les risques pour la santé ?

Concrètement, un homme de 35 ans dont la pression artérielle est de 150/100 mmHg, voit son espérance de vie réduite de 40 % par rapport à un homme de même âge ayant une pression artérielle de 120-80 mmHg. Non dépistée -donc non contrôlée-, l’hypertension artérielle est responsable de plus d’un tiers des accidents cardiovasculaires : infarctus du myocarde et accident vasculaire cérébral notamment.

Il est donc essentiel de se faire dépister chez son médecin traitant ou auprès de son pharmacien.

Vanessa Pageot

A lire aussi :

Les commentaires sont clos pour cet article.