Blog santé

Zoom sur l'actualité santé

Endométriose

Endométriose

Des ultrasons prometteurs

 

Le CHU de Lyon a traité des femmes atteintes d’endométriose par des ultrasons. Une thérapie innovante, sans chirurgie et aux résultats prometteurs.

C’est un gynécologue de l’hôpital de la Croix Rousse, à Lyon, qui a eu l’idée de détourner un appareil (Focal One®) pour traiter le cancer de la prostate vers les patientes atteintes d’endométriose. « Le traitement ne dure que quelques minutes et a pour objectif de dévitaliser la lésion endométriosique » explique le gynécologue Gil Dubernard. En clair : une procédure en douceur sans chirurgie ni cicatrice. Quatre des dix patientes volontaires ont été traitées dans le cadre d’une étude clinique initiée en septembre 2015. L’équipe du dr Dubernard peut être fière puisqu’aucune complication n’a été relevée 14 mois après les premiers ultrasons.

 

Des patientes ravies

 

Les patientes, qui témoignaient lors de la conférence de presse donnée par le CHU, étaient, elles aussi, ravies : « Après l’opération, les douleurs ont complètement disparu », a témoigné Gracia 40 ans, citée dans les colonnes de Sciences et Avenir. Elle en a profité pour dénoncer la méconnaissance de cette maladie par les professionnels de santé et l’errance de diagnostic subie par les patientes : « Il y a peu, l’endométriose, on n’en parlait pas tant que ça (…) On avait mal pendant les règles (…), on était des douillettes en fait. »

Deux femmes sur dix en âge d’avoir des enfants sont touchées par l’endométriose, présence de muqueuse utérine (endomètre) en dehors de l’utérus. La maladie se manifeste par de fortes douleurs pendant les règles, voire en dehors du cycle menstruel et/ou pendant les rapports sexuels.

Les ultrasons sont révolutionnaires puisqu’ils éviteraient les interventions chirurgicales qui « sont généralement mutilantes entrainant des problèmes pour uriner, un risque important de fistule et dans près d’1 cas sur 2 la pose d’un anus artificiel pour quelques mois », souligne le CHU de Lyon dans son communiqué de presse. Deux tiers des femmes souffrant d’endométriose pourrait être traitées par ultrasons soit plusieurs milliers de cas par an en France.

 

En savoir plus sur l’endométriose : http://www.endofrance.org/

Vanessa Pageot

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *