Blog santé

Zoom sur l'actualité santé

Tatouages : allergies, infections et inflammations

Tatouages

Soigner et prévenir les complications cutanées

 

C’est une première en France : une consultation hospitalière dédiée aux tatouages. Elle prend en charge les complications cutanées des peaux tatouées irritées.

Plus d’un Français sur dix serait tatoué selon un sondage Ifop de janvier 2017. Nicolas Kluger est médecin dermatologue à l’hôpital Bichat à Paris, établissement qui fait partie de l’AP-HP. Il vient d’ouvrir une consultation spécifiquement dédiée aux tatouages. Car si aucune étude en France ne s’est penchée sur le taux des complications cutanées des peaux tatouées, les Allemands les estimait, en 2010, à 6%. Il s’agit d’allergies, d’inflammations, d’infections bactériennes ou virales (hépatite B, C). Lui-même tatoué, le Dr Kruger vise un triple objectif : « l’ouverture de cette consultation permettra de mener des travaux de recherche sur cette problématique aujourd’hui peu explorée, explique-t-il dans le communiqué de presse de l’AP-HP. Ces travaux permettront de limiter voire prévenir le risque de développement des complications liées aux tatouages mais également d’apporter les meilleures solutions thérapeutiques pour les traiter ».

 

Pas avant 18 ans

 

La tatouage n’est pas une mode récente mais les adolescents peuvent l’identifier comme telle en voulant copier un artiste, un ami ou, au contraire, se démarquer. Or, en France, un mineur ne peut se faire tatouer sans autorisation parentale. « En vertu des dispositions de l’article R.1311.11 du Code de la santé publique (CSP), rappelle le site service-public , les tatoueurs ne peuvent pratiquer ces prestations sur des jeunes n’ayant pas 18 ans, sans une autorisation écrite des parents qui est conservée pendant 3 ans. » Les autorités soulignent aussi l’importance de choisir un des 2 000 tatoueur professionnel déclaré en préfecture afin de limiter les risques de contamination. Côté patient, il est primordial de respecter les consignes post-tatouage : ne pas se gratter la peau, pas d’exposition au soleil, pas de bain ni piscine ni mer pendant la durée de la cicatrisation soit environ une quinzaine de jours.

 

Vanessa Pageot

D’autres articles

Jeu du foulard
L’hypnose aux urgences
Bisphénol A

Les commentaires sont clos pour cet article.