Blog santé

Zoom sur l'actualité santé

jeu du foulard

Jeu du foulard

Prévenir les « jeux » d’étouffement

Françoise Cochet a fondé il y a 15 ans l’association APEAS – Accompagner, prévenir, éduquer, agir et sauver – avec d’autres parents dont les enfants ont été victimes de « jeux » d’étouffements. Elle tire la sonnette d’alarme face à l’inertie des institutions.

Quels sont les jeux dangereux répandus dans les cours de récréation ?

Françoise Cochet – Seuls les enfants les appellent des jeux car ils n’ont pas conscience des risques. Ce sont des pratiques dangereuses avec un risque de mort ou de handicap. On peut citer le « jeu » du foulard, par strangulation. Il y aussi les « jeux » d’évanouissement où les enfants s’asphyxient comme celui de la tomate où ils doivent retenir leur respiration le plus longtemps possible pour devenir le plus rouge du groupe. Selon la région ou de l’établissements, le « jeu » change de nom : on parle de « rêve indien », de « rêve bleu », de « la citrouille », du « coma » ou du « cosmos ». Les risques sont réels. On compte une dizaine de décès par an.

Quels enfants sont concernés ?

F.C. -Tous ! Il ne faut surtout pas croire le phénomène est limité à des enfants turbulents ou que seules les cours de récréation des grandes villes sont concernées ! Un enfant calme, poli, bien élevé peut aussi participer à ces jeux en toute naïveté pensant justement « jouer ». La semaine dernière, un parent m’a appelé pour me signaler le cas de leur fille, scolarisée en CM2 dans une petite ville de montagne, qui s’était évanouie suite au « jeu » de la tomate et qui s’était blessée suite à sa chute.

A quel âge l’enfant est-il exposé ?

F.C.– Dès les premières classes de primaire, soit vers 6/7 ans jusqu’au lycée. Les plus grands peuvent aussi s’adonner au « jeu » du foulard mais aussi à des pratiques violentes comme le « pont massacreur », qui consistent à frapper le « perdant » qui a laissé passer la balle. Au-delà des bleus et des hématomes, les organes internes comme la rate ou le foie peuvent être endommagés… Il faut savoir que dans la grande majorité des cas les enfants et ados qui participent connaissent les règles et sont volontaires !

 

Comment faire, en tant que parent, pour prévenir son enfant du danger de ces jeux ?

F.C. – Il faut choisir un moment paisible pour en discuter avec lui. Il est très important de laisser s’exprimer l’enfant en premier en ouvrant la discussion sur les jeux en général à la récré ou au centre de loisirs. Il faut ensuite lui demander si lui ou des camarades joueraient à des jeux considérés comme dangereux, s’il a entendu parler du jeu du foulard ou de la tomate par exemple. Pour aborder les dangers de ces jeux, il faut lui expliquer les conséquences sur son corps. Nous mettons à disposition des parents une vidéo pédagogique. Enfin, pour ceux qui ne se sentent pas à l’aise, qu’ils profitent d’une consultation chez leur médecin traitant avec leur enfant pour aborder le sujet.

Vanessa Pageot

 

L’association APEAS répond aux parents et se déplace dans les écoles pour des interventions de prévention. Plus d’informations sur : https://jeudufoulard.com/

D’autres articles

Jeunes enfants et écrans
Les enfants surexposés aux radiofréquences
Les bactéries des piscines
Fatigue oculaire

Jeu du foulard
4.3 (86.92%) 26 votes

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *