Blog santé

Zoom sur l'actualité santé

Prévenir les calculs rénaux

Calculs rénaux

Isabelle Tostivint est néphrologue à la Pitié Salpêtrière. Elle est présidente de l’association LUNNE (Lithiases UrinNaires NEtwork) pour la prévention des calculs rénaux. Elle nous explique comment nos habitudes alimentaires influent sur la formation des calculs.

Comment les calculs rénaux se forment-ils ?

Isabelle Tostivint.- C’est le principe « d’un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ». Si vous versez un peu de sel, une cuillère à café, dans un verre d’eau, le sel se dissout sans difficulté car il y a de la place dans l’eau pour que les molécules de sel restent en solution en suspension. Si vous déversez beaucoup plus de sel, deux cuillères à soupe, dans le même verre d’eau, le sel ne se dissout plus dans l’eau car la concentration en sodium sera trop importante pour rester en solution : il n’y a concrètement plus de place dans l’eau. C’est le même principe dans notre urine. Notre corps élimine des toxines et les éléments consommés en trop grand quantité comme par exemple le sel, l’oxalate, l’acide urique etc… Trop d’apport de sodium va surcharger le rein qui doit l’éliminer en surchargeant l’urine. Quand les déchets dans les urines sont concentrés en trop grande quantité, ils peuvent cristalliser et former un germe cristallin, équivalent de « bébé-calcul » qui va grossir et devenir un calcul. C’est ce qu’on appelle un calcul rénal, de nature calcique dans la grande majorité des cas (>80 % des cas).

Prévenir les calculs rénaux

Quelles sont les autres natures de calculs rénaux ?

I.T.– Il y a les calculs rénaux composés d’acide urique (10 % des cas). Ils peuvent être dus à une consommation de protéines trop élevée, qui aboutit à une acidité des urines trop importante. On trouve principalement ces protéines dans l’alimentation : viande ou charcuterie. Il existe d’autres nature de calcul plus rare d’origine génétique voire métabolique mais même pour ces cas, l’optimisation de l’équilibre nutritionnel est utile pour prévenir les récidives.

Comment savoir si l’on a un calcul ?

I.T.-Quand un calcul se coince au niveau de l’uretère, canal reliant le rein à la vessie, on parle de colique néphrétique. C’est une urgence médicale car le calcul peut alors endommager le rein. On peut aussi trouver de manière fortuite un calcul dans le rein lors d’une échographie faite pour un autre problème.

Une mauvaise alimentation est donc à l’origine de la grande majorité des calculs rénaux ?

I.T.– Oui, par de mauvaises habitudes alimentaires, on « fabrique » soi-même ses calculs rénaux. Cela ne se fait pas en une semaine, c’est une accumulation, au fil du temps. C’est très simple de prévenir les calculs rénaux en buvant de l’eau tout au long de la journée et en équilibrant son alimentation. Cet équilibre nutritionnel participe à la protection du rein qu’on appelle la néphroprotection.

Comment savoir si le calcul rénal est dû à un excès de sel de calcium ou de protéines ?

I.T.– Il faut le faire analyser ! Un calcul rénal regorge d’informations sur la santé de la personne. Il faut aussi savoir qu’il n’y a pas de « petit calcul ». Il est toujours révélateur d’une rupture d’équilibre au niveau de la santé physique et/ou psychique. Ce n’est pas rare qu’une situation de stress ou d’anxiété comme un burnout ou un chagrin d’amour soit un facteur déclencheur d’un calcul. Il faut savoir que le calcul rénal peut aussi « annoncer » un déséquilibre potentiellement plus sévère au niveau de l’organisme comme un risque d’infarctus. C’est pourquoi il est essentiel de les prendre au sérieux.

Propos recueillis par Vanessa Pageot

En savoir + :
Site de l’association LUNNE : https://lunne.fr
Calculs rénaux, les aliments à éviter…ou pas, de P. Jungers et I. Tostivint, éd Alpen, 136 p, 19.90 €.

D’autres articles:

Le tabou des fuites urinaires
Vessie hyperactive

Les commentaires sont clos pour cet article.