Blog santé

Zoom sur l'actualité santé

Où se soigner ce 15 août 

Où se soigner ce 15 août ?

Chez vous ou à l’autre bout de la France, le dilemme est le même ce week-end : vers qui se tourner en cas de pépin médical ? Le premier réflexe est le 15, le Samu. Dans un cas sur deux, le médecin régulateur apportera un conseil médical, sans faire déplacer ni le patient ni le médecin ou l’ambulance, selon l’association des médecins urgentistes de France (AMUF). Sinon, vous serez orienté vers la maison médicale de garde ou les urgences hospitalières. S’il l’estime nécessaire, le médecin régulaeur enverra à votre domicile le SMUR, service mobile d’urgence et de réanimation.

Sachez qu’en cas de crise cardiaque ou de fausse route il est essentiel de prodiguer les gestes de premiers secours avant même d’appeler le 15 car la réponse du Samu ne pourra pas être plus immédiate. « Une minute de gagnée, c’est 10% de chance de survie en plus », rappelle la fédération française de cardiologie.


Alternatives à l’hôpital

Les maisons médicales de garde sont une alternative au service des urgences hospitalières. Ce sont des praticiens généralistes, de garde, qui assurent toutes les soins urgents en médecine générale (excepté les plâtres). Vous n’avez pas besoin d’être orienté par le 15 pour vous y rendre : elles fonctionnent en accès direct et prennent en charge, sans rendez-vous, tous les patients. Leurs coordonnées se trouvent aisément sur le web, département par département.

Munie d’une ordonnance, vous pourrez vous rendre à la pharmacie de garde, dont l’adresse est affichée sur la vitrine des officines du quartier. Le pharmacien vous délivrera aussi les médicaments qui ne nécessitent pas d’ordonnance, type paracétamol.

Quant aux urgences hospitalières, 1 Français sur 6 y est passé en 2012, une fréquentation en hausse de 30 % en dix ans. Hors urgence vitale, le temps d’attente médian est de moins de deux heures selon les chiffres de 2013 de la Dress . La traumatologie suite à un accident domestique est la première cause de recours, notamment chez les enfants. « Parmi les classiques du genre, le cosy pour voiture utilisé comme siège d’appoint et que l’on soulève alors que le bébé n’est pas sanglé, constate le Dr Anne-Borsa Dorion, responsable des urgences pédiatriques du CHU de Nancy. Les traumatismes et les fractures du crâne sont fréquents. Citons également le doigt de porte qui peut occasionner une simple lésion jusqu’à l’amputation d’une phalange. »

Vanessa Pageot

En savoir plus : carte des 32 CHU de France 

 

D’autres articles

Ces boutons qui nous gâchent l’été
Les bactéries des piscines
L’hypnose aux urgences

Les commentaires sont clos pour cet article.