Blog santé

Zoom sur l'actualité santé

la turista diarrhée du voyageur

Voyageur et turista

Cinq conseils en cas de diarrhée

 

La turista ou la diarrhée des voyageurs touche entre 20 à 50 % des personnes qui voyagent à partir de pays industrialisés vers des pays en développement selon la Société canadienne de recherche intestinale.
L’infection est causée par la contamination des aliments ou de la boisson par des excréments ou résidus de matière fécale. Si la diarrhée est souvent bénigne, traitée en moins d’une semaine, 20 % des voyageurs touchés sont alités et 10 % présentent de la fièvre ou des selles sanglantes.

 

1. Identifiez votre diarrhée

La diarrhée du voyageur, due à une bactérie ou un parasite n’est pas la même que celle « à la maison », induite le plus souvent par un virus. Si les selles molles voire liquides restent le premier facteur, d’autres symptômes s’ajoutent : crampes abdominales, nausées ou vomissements, spasmes rectaux douloureux associés à un besoin immédiat d’aller à la selle.

 

2. Hydratez-vous !

Vous le savez, il est urgent de s’hydrater et de faire boire les plus petits en cas de diarrhée jusqu’à ce que les urines soient claires. La boisson à privilégier est l’eau en bouteille convenablement embouteillée. Si vous le pouvez, portez-la à ébullition : en une minute seulement l’eau est stérilisée. Quant aux sodas, ils ne sont pas plus efficaces, leur capsulage est simplement jugé plus sûr dans certains pays.

 

3. N’abusez pas de l’Imodium®

Les gastro-entérologues déconseillent de prendre de la lopéramide (Imodium®) au début de l’infection car l’organisme doit évacuer les germes infectieux. Si l’Imodium® réduit effectivement les contractions musculaires, il est déconseillé aux enfants de moins de deux ans et aux voyageurs fiévreux dont les selles sont sanglantes. Dans ce cas, consultez un médecin sur place pour un traitement par antibiotiques.

 

4. Evitez les fruits et légumes

90 % des voyageurs  succomberaient aux glaçons, à une salade ou à un buffet froid… Si vous souhaiter consommez un fruit ou un légume, appliquez à la lettre « Boil it, cook it, peel it yourself, or forget it », littéralement : faîtes le bouillir, cuisinez-le, pelez-le vous-même ou oubliez-le. Déjeuner dans un restaurant n’est pas gage de sécurité sanitaire. L’eau utilisée pour nettoyer les aliments et les ustensiles de cuisine sont l’une des sources de contamination.

 

5. Lavez-vous les mains

Se laver les mains avant chaque repas est un conseil qui relève du bon sens mais c’est l’une des règles la plus compliquée à mettre en place quand le voyage se passe en mode trek ! En cas d’impossibilité d’accéder à une source d’eau saine, privilégiez les agents désinfectants pour les mains à base d’alcool.

 

Vanessa Pageot

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *